Grossesse difficile ? Vous pouvez obtenir des indemnités journalières.

 

En plus de l’allocation forfaitaire de repos maternel et l’indemnité forfaitaire journalière, vous pouvez prétendre, en cas de grossesse difficile, à une troisième indemnité : l’indemnité journalière pour grossesse difficile.

Ainsi, en cas d’arrêt pour grossesse pathologique notamment, l’allocation est due à partir d’un délai de carence de 3 jours, pour une période de 87 jours maximum.

L’indemnité est recalculée tous les ans et est fixée depuis le 1er janvier 2017 à 43,80 €/jour.

Elle bénéficie aux femmes relevant du régime d’assurance obligatoire des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés « dès lors qu’elles se trouvent dans l’incapacité physique de continuer ou de reprendre leur activité professionnelle en raison de difficultés médicales liées à leur grossesse ».


A quelles aides ai-je droit durant mon congé maternité ?

 

Les infirmières libérales relèvent dorénavant du régime légal des salariés concernant le congé maternité.

Cela vous donne droit à deux aides :

  • L’allocation forfaitaire de repos maternel. Elle est versée en deux fois : à la fin du septième mois de grossesse et après l’accouchement. Elle s’élève au 1er janvier 2017 à 3.269 euros.

Pour en bénéficier, il vous suffit d’adresser un certificat d’accouchement à la CPAM.

  • L’indemnité journalière forfaitaire. Elle s’élève au 1er janvier 2017 à 53,74 euros par jour. Elle est versée durant 8 semaines, dont deux avant l’accouchement.

Pour bénéficier de cette allocation vous devez adresser à la CPAM une déclaration sur l’honneur de cessation de toute activité professionnelle, ainsi qu’un certificat médical d’arrêt de travail.

Concernant la durée de congé maternité à laquelle vous pouvez prétendre, nous vous invitions à consulter le tableau ci-dessous provenant du site Ameli.fr.